La poche en filet spécial sacoche

Étiquettes:

Quel(le) cycliste n’a pas transformé son fier vélocipède en étendoir à linge en priant pour ne pas semer chaussettes ou sous-vêtement au vent ?

Au fil des années, chaque cyclotouriste a développé différentes techniques pour limiter les risques de dispersion (par exemple je couds sur ma serviette une anse « spécial guidon » qui me me permet de la suspendre en roulant). Le sac en filet hyper léger (le super tuto de Marie est ici) fait bien évidemment partie de l’arsenal.

J’y ajoute également un sac un peu plus lourd (mais on peut l’alléger en utilisant d’autres composants) qui s’accroche directement sur les sacoches, dans lequel je glisse le linge humide pour parfaire le temps de séchage quand le temps est sec. Cousu en mesh, il est aussi plus solide et ne risque pas la déchirure si vous roulez dans des endroits boisés.

Matériel :

Je vous indique le matériel pour un sac de 30 cm x 25 cm. Bien évidemment, vous ajusterez en fonction des dimensions de vos propres sacoches. Le sac tel que je l’ai cousu fait 42 g. On peut facilement diminuer son poids en choisissant avec plus de soin que je ne l’ai fait, les sangles et la bouche d’attache qui sont les composants qui pèsent le plus lourd.

  • environ 1, 30 mètre de sangle : la taille est à calculer en fonction de la circonférence de votre sacoche la plus large, il faut que la sangle en fasse le tour avec un surplus de 30 centimètres .
  • Une fermeture éclair et un curseur de 32 cm de long (ici la Y3C de YKK, chute de ma moustiquaire 2.0).
  • Une petite bande de nylon de récup. (6,5 cm x 32 cm). la mienne vient d’une chute de nylon ripstop léger. Si vous n’en avez pas, prenez ce qui vous tombe sous la main de solide et qui ne craint pas l’eau (sac de course en nylon…)

Le tuto :

Je vous ai fait la photo de mon cahier à gribouille sur lequel, sont portées toutes les indications :

Je commence toujours par la fermeture éclair : après avoir inséré le curseur avec la méthode de la fourchette (elle est très bien expliqué ici), je couds à chaque extrémité, une petite chute de tissu (j’ai déjà expliqué cette façon de faire ici).

Je découpe ensuite une pièce de mesh de 52 cm. x 32 cm.

Puis, après avoir délogé le chat du nylon, j’y découpe une bande de 6,5 cm. Après avoir surjeté les bords (avec un point zig-zag ou une surjeteuse) je couds cette bande à 6,5 cm du bord

Je découpe les surplus en essayant de ne pas couper la queue du deuxième chat.

Sur cette bande de nylon, je couds les sangles en partant du centre (on peux faire des économies en cousant depuis les bords mais sachez que vous allez perdre en solidité). Attention, il ne faut pas les coudre jusqu’au bord mais à une distance de 1,5/2 cm du bord (Cf la marque à la craie, visible sur la photo)

J’ai pris des sangles de couleur différentes pour des raisons de praticité (on sait tout de suite quelle sangle serrer) mais il ne s’agit évidemment que d’un détail.

Une fois que les sangles sont cousues, il faut fixer la fermeture éclair de part et d’autre de la poche en prenant garde à mettre le curseur du coté des sangles.

Il faut ensuite retourner l’ouvrage en prenant soin de replier consciencieusement les sangles contre la bande de nylon (je les fixe avec une épingle pour être bien certaine de laisser les bords bien dégagés).

Puis sur l’envers de l’ouvrage (les sangles sont donc à l’intérieur) on coud les coutures de coté. Ces deux coutures doivent être solides, j’ai fait un passage à la surjeteuse (ou au point zig-zag) et un passage avec un point droit élastique.

Voilà, votre poche est désormais terminée. Après l’avoir remise à l’endroit, il ne vous reste plus qu’à sécuriser le bout de la sangle de serrage avec un ruban cousu en boucle (c’est important pour être certain de ne pas la perdre en toutes circonstances et au surplus, elle ne viendra pas chatouiller vos rayons). J’ai ajouté une petite tirette en ruban mais c’est encore un détail dont vous pouvez vous passer.

Désormais, il suffit de passer les sangles autour du sommet de la sacoche ouverte puis de les resserrer quand votre sacoche est fermée. Votre linge pourra prendre l’air en toute sécurité.

Pour des raisons de confinement, je ne peux pas mettre de photo en situation, mais j’espère pouvoir bien vite vous montrer le résultat en pleine nature !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *